Negotiation bulletin -

Les enfants et la négociation

Doit-on négocier pour éduquer ? 

La négociation est une discipline que l’on rattache souvent à une activité professionnelle et que l’on aborde « classiquement » en évoquant son histoire, ses courants de pensées et les méthodes et techniques qui la composent. Dans cette approche, nous ne soupçonnons pas que nous menons, toutes et tous, chaque jour, une multitude de négociations. Nous sommes amenés à négocier dans bon nombre de domaines de la vie courante et en particulier lorsque nous devenons parents. Pourquoi les enfants, nos petits, ont-ils des velléités de négociation aussi fortes ? Doit-on négocier avec son enfant ? Dans quelle mesure, est-ce une approche constructive pour son éducation ? Et finalement, en quoi la négociation est-elle la promesse d’un avenir meilleur ?

Des négociateurs en herbe

Nos enfants sont de bons négociateurs car ils osent ! Ils n’interprètent pas et ne réagissent pas à la place de l’autre. En négociant, les enfants mobilisent un ensemble de compétences dites psycho-sociales (empathie, écoute active, assertivité…). Ces « négociateurs en herbe » cherchent spontanément à obtenir plus, à trouver des opportunités, à créer quelque chose…Ils entrent dans une relation en pensant pouvoir générer du positif. En cela, la négociation doit être encouragée : elle fait montre d’une appétence à la vie, de curiosité et plus généralement d’une ambition. C’est bénéfique pour la construction des enfants, dès lors que c’est fait au sein d’un cadre sécurisant.

Une construction vertueuse

Pour alimenter au quotidien cette construction vertueuse de leur personnalité, on accompagnera nos enfants en veillant à ne pas renforcer la dépendance entre notre regard de parent et leur réussite. Ainsi, on remplacera, par exemple le « je suis fier de toi » par « tu peux être fier de toi » qui offre l’avantage de leur laisser porter sur eux-mêmes un regard valorisant et gratifiant décorrélé de que nous pensons. La valeur du comportement de l’enfant et sa réussite ne sont ainsi plus uniquement associées au regard porté par l’adulte.

Pas de négociation sans relation

Enfin, derrière le thème de la négociation, ce dont il s’agit véritablement avec nos enfants, c’est la notion de lien. La création du lien est inévitable. Elle démarre dès les premiers jours de vie de l’enfant et se nourrit de confiance, d’écoute et de considération. Bâtir un lien, c’est sortir d’une relation descendante (où l’adulte sait et impose) pour s’inscrire dans une relation où toutes les voix comptent. Il ne s’agit pas de permissivité ou de laxisme, délétères pour l’enfant – qui a besoin d’un cadre sécurisant pour évoluer et bien grandir – mais plutôt de faire preuve de considération, de laisser la place aux mots, aux émotions et aux envies pour construire ensemble.
Ce faisant, on fait preuve de respect, d’écoute et on encourage notre enfant à se comporter de la sorte. On lui transmet aussi véritablement de l’estime, de la confiance. C’est une façon de lui dire sans les mots : je t’aime tel que tu es, tu es digne d’être aimé pour ce que tu es pleinement.
Ainsi, en se construisant mutuellement en tant que parent et en tant qu’enfant, on ancre les capacités à réagir face au monde et face aux choses. Ces ancrages nous rendent au fil du temps qui passe plus forts, plus sereins et donc capables de vivre une vie plus libre.  
Négocier avec nos enfants :
Définir ce qui n’est pas négociable (sécurité, hygiène, santé…) et ne jamais revenir dessus en rappelant le principe du non négociable ;
Sur les sujets négociables : transiger sur la forme, pas sur le fond : tu préfères une douche ou un bain ?
Verbaliser nous-mêmes ce que nous ressentons : j’ai eu une journée difficile au bureau, je me sens énervée, j’ai besoin que tu m’écoutes.

Julie Crouzillac est la présidente d’ADN Kids, une initiative unique qui vise à aide les enfants à lutter contre le harcèlement et la violence dans les écoles, par la négociation (www.adn-kids.com).

Télécharger cet article au format PDF